Le Multipôle

De Recherche Libre Montpellier
Aller à : navigation, rechercher


(texte en cours de discussion : envoyer un e-mail au primauteur  cliquez pour participer par mail.)


Le droit "pour chacun de contribuer librement dans la discipline qu'il choisit librement à la libre exploration, à la libre recherche, au libre développement et à la libre innovation de bien commun dans les domaines du libre savoir selon les modalités qu'il retient et les budgets qu'il obtient librement", est un droit comme les autres :

  • il se défend.
  • il se soutient.
  • il s'organise.


Ensemble, du moins en démocratie et - espérons-le - en cobocratie, le contexte technopolitique de la société "anthropobotique" des hommes et de leurs cobotiques que nous nous intriquons devrait nous y aider :

  • le devoir de précaution constitutionnel en fait une obligation de compétence à qui en a la connaissance nécessaire.
  • la Charte des sciences et recherches participatives en France, donne les raisons de l'entraide qui accompagnera, soutiendra et promouvra les collaborations entre acteurs de la recherche scientifique et de la société civile
  • l'évolution du LIBRE ne fait que reprendre au niveau intellectuel le fondement sociétal des communaux ruraux de l'humanité et renoue ainsi avec la paix et le développement social par le partage de l'argent des uns et le temps des autres pour répondre aux besoins de tous.

La diversité des compétences au sein de la métropole montpelliéraine fait que sa communauté de Recherche Libre est multipolaire. On organise pas une communauté ni ne la représente : on la dessert et la documente. La manière de le faire n'est donc pas d'enrégimenter une association mais de faciliter ses coopérances.

L'outil blik "RLIB" de MontpelNet se veut donc un facilitateur des coopérances existantes et à venir, au sein du multipôle participatif et multidisciplinaire de la science civile et de la libre recherche montpelliéraines, en aidant l'appropriation partagée :

  • d'un lieu virtuel réparti par affinités et complémentarités de recherche, de débat, de projet, de publication ;
  • d'outils de travail multimatiques répondant aux besoins des apprenants-chercheurs car en transdisciplinarité toute recherche réclame un perpétuel apprentissage croisé mutuel.


---


Note : un intérêt de l'approche numérique est que ce qui compte ce n'est pas "qui est derrière" (initiateurs, nombre de participants, budget, prestige individuel, références, moyens, localisation, etc.) mais la pertinence de ce qui est publié : en sachant que chacun peut soit contribuer à un débat ou en "forker" un nouveau.